“Regardez comment ils sont habillés”

Comparutions immédiates

J. Kosinus et K. Puchala affichent une mine piteuse dans le box des prévenus. Arrivés de Pologne en bus quatre jours plus tôt, ils ont été interpelés en flagrant délit de vol : tandis que l’ »un demandait un ticket de métro à une femme, l’autre lui subtilisait son portefeuille. Sous le nez des policiers.
Une élégante interprète peine à traduire. Ses mots coupent ceux du président qui débite rapidement le chef d’’accusation. Vol en réunion, précise-t-il sans conviction.
K. Puchala explique : « Nous sommes venus en France pour travailler. Un ami nous a promis du travail mais il nous a déçus et c’’est tombé à l’’eau. Je devais poser du carrelage… Oui, j’’ai 4 enfants. »
J. Kosinus poursuit : « J’’ai deux enfants. Je travaille en Pologne sur des chantiers sans être déclaré. Je gagne 1 600 zlotys par mois ». Une minute de confusion sera nécessaire pour convertir : 600 euros ?

La procureur prend un ton pincé : « J’’ai bien peur qu’’on ne les retrouve prochainement puisqu’’ils sont sans ressource… » Elle demande un peu de sursis et une interdiction de territoire.

Les Polonais gardent la tête baissée pendant que leur jeune avocat plaide avec fougue : « Regardez-les, regardez comment ils sont habillés. M. Puchala a un cancer du foie et une hépatite, il reçoit une petite pension de 150 euros et n’’a donc pas le droit de travailler. Il a ce projet un peu fou de venir en France. La personne qui devait les faire travailler ne s’’est pas présentée… Croyez-vous qu’’ils voulaient rester en France ? Leur première réaction a été d’’acheter un billet retour. II faut que soit concrétisé ce billet de bus qui n’ »est pas encore périmé, heureusement. Je rejoins le Parquet : ils doivent pouvoir repartir le plus tôt possible. »

Ont-ils quelque chose à ajouter ? Ils murmurent. L’’interprète traduit dans un français chantonnant : « J’’aimerais vous dire que c’’est le plus grand regret de ma vie. Je veux m’’excuser auprès de tout le monde ». Et : « Je vous demande pardon pour ce vol. Je voudrais retourner en Pologne ».

2 mois de sursis et une interdiction de territoire de 3 ans.

Publicités